«

»

Oct 21

Imprimer ceci Article

La situation (chaotique) en Italie (3)

Le 15 octobre tant redouté, date d’entrée en vigueur du « Green Pass » obligatoire pour travailler en Italie, est donc passée.

Le blocage du pays, secrètement désiré par les résistants, n’a pas eu lieu MAIS :

  • Un noyau dur de dockers (ouvriers portuaires) s’est constitué à Trieste, ville portuaire du nord de l’Italie, bloquant presque totalement l’activité commerciale du port
  • 80% des ouvriers portuaires (portuali) sont entrés en grève
  • Les médias ont fait comme si de rien n’était, donnant une version des faits totalement décalée par rapport à la réalité, et minimisent le nombre de participants (comme chez nous)
  • Le port de Trieste est le septième au niveau européen et le premier au niveau italien
  • Des milliers de citoyens de toute la région sont venus soutenir les Portuali
  • Les manifestants refusent les soutiens politiques ou financiers, pour ne dépendre de personne
  • Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues des principales villes italiennes
  • La police a réprimé les manifestations de Trieste dans une grande violence. Les éléments des forces de l’ordre restés fidèles au gouvernement sont particulièrement violents. Les médias en ont donné la faute aux manifestants qui auraient jeté des objets sur les policiers, ce qui est démenti par les témoignages oculaires
  • Toutes les villes portuaires de la péninsule ont répondu à l’appel explicite de Trieste, Ancône, Gènes, etc.
  • Des manifestations ont aussi eu lieu dans les usines de Fiat et d’IVECO à Turin et à Rome
  • De nombreux médecins psychiatres et psychologues ont exprimé leur solidarité envers les manifestants de Trieste et ont lancé une alarme quant aux effets dévastateurs au plan psychologique de la stratégie de la terreur
  • Une grève a également éclaté aux usines d’Electrolux (le géant suédois) de Trévise pendant les 8 heures de la journée. De plus, il était extrêmement difficile de trouver une pharmacie disposée à faire des tests anti-covid dans la région (qui, rappelons-le, sont payants)
  • Le Syndicat de l’aéronautique militaire (SIAM) basé à Sigonella s’est prononcé ouvertement contre le « Green pass », mesure qu’il considère comme vexatoire, un événement historique pour ce syndicat
  • Toujours plus de militaires et de membres de forces de l’ordre se dressent pour défendre la Constitution (article 1 = L’Italie est une république fondée sur le travail), enfonçant profondément une épine dans le pied du 1er ministre Draghi
  • Une parlementaire (Sara Cunial) s’est mêlée aux manifestants dans le port de Gènes. C’est la seule à avoir fait ce type de geste)
  • L’un des principaux syndicats italiens, la CGIL, a vu son siège envahi par les manifestants. Il faut dire que le président de la CGIL, M, Landini, loin de défendre le droit au travail de ses administrés a préféré serrer en public la main du 1er ministre Draghi. Les médias se sont unanimement élevés contre les auteurs de ce « saccage », 5 ordinateurs du syndicat auraient été cassés lors de l’invasion du siège (aux rideaux en fer restés ouverts ???) par les manifestants.
  • Des manifestations massives ont lieu tous les jours
  • L’estimation générale est que 80% des Italiens ne sont pas ou mal informés de ce qui se passe en réalité.

Lien Permanent pour cet article : https://ilfattoquotidiano.fr/la-situation-chaotique-en-italie-3/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>