«

»

Fév 18

Imprimer ceci Article

Groupe Bilderberg : Ceux qui gouvernent vraiment le monde

Avec une expression mêlant à la fois la reconnaissance objective de la réalité du monde et l’arrogance propre au pouvoir, l’un des plus grands milliardaires de la planète a eu ces mots : "La lutte des classes existe bel et bien, et ma classe est en train de la gagner." Il s’agit, en fait, d’une analyse claire et lucide des nouveaux rapports de force issus de la révolte des élites et de l’offensive néolibérale contre le monde du travail et des droits humains. Un scénario dont peu de gens ont conscience, tant il est vrai que le pouvoir fait tout pour nous induire en erreur et utilise ses armes de distraction de masse.

Mais pour bien comprendre la portée réelle de cette nouvelle élite oligarchique comme agent du capital absolu-totalitaire dans cette époque de retour à une certaine forme d’esclavage, il n’est pas inutile de s’arrêter un instant sur le "Groupe Bilderberg", l’emblème de l’Internationale libérale-financière de notre ère néo-féodale.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à première vue,… le Groupe Bilderberg n’est pas une forme de société secrète ni une quelconque conspiration. Il s’agit en fait d’un rassemblement privé entre puissants du monde entier [dont la liste officielle pour 2015 est ici – NdT], qui se répète tous les ans, depuis la toute première réunion en 1954 dans l’hôtel Bilderberg situé à Oosterbeek, en Hollande.

Cette réunion annuelle a pour but de faire se confronter les puissants issus de l’élite, unis par une même idéologie néolibérale qui les représente, et par la volonté de former un réseau dédié à la défense de leurs intérêts et à l’union des institutions bancaires.

C’est très précisément ce qu’on pourrait définir comme une Internationale libérale-financière, dont la devise semble être se cristalliser dans l’inversion des paroles par lesquelles Marx concluait son Manifeste : "Puissants du monde entier, unissez-vous !".

Vu sous un certain angle, on pourrait dire que le Groupe Bilderberg n’est rien d’autre qu’un réseau d’intérêts interdépendants de type financiers, politiques, économiques et industriels.

De 1954 à nos jours, il n’a jamais été permis à la presse d’assister aux réunions du Groupe Bilderberg, et l’agenda de leurs congrès n’a jamais été publié, pas plus que des déclarations de ceux qui y ont participé.

Véritable expression des arcanes impériaux de l’économie mondiale financiarisée, la recherche permanente du secret le plus absolu de cette nouvelle oligarchie finit paradoxalement par être extrêmement révélatrice de la véritable nature du Groupe Bilderberg, à savoir, un gouvernement occulte qui opère dans l’ombre, et détermine les lignes générales de politiques réduites à n’être qu’une simple prolongation de l’économie, par d’autres voies.

Bien que les réunions soient totalement secrètes, les intérêts de l’élite Bilderberg sont parfaitement connus, car ils coïncident avec ceux du capitalisme financier dans sa phase la plus absolue (pour une analyse plus poussée, je me permets de vous renvoyer à mon étude  »Minima mercatalia. Filosofia e capitalismo").

Ces intérêts gravitent autour du projet central consistant à la fois à éliminer les États nationaux et des droits sociaux, à créer une immense classe pauvre de personnes précaires, nomades et disposées à tout pour survivre, à détruire les constitutions et les frontières nationales, à mettre en place de nouveaux traités internationaux contraignants qui font primer l’économie et la Banque, à attaquer tous azimuts le monde du travail et les garanties sociales.

Les plans et les projets du Groupe Bilderberg incarnent l’essence même de la révolte des élites : les unions et les traités internationaux sont utilisés comme moyens pour mettre fin aux souverainetés nationales et démocratiques, et par là même, déstructurer le Droit et l’État social, en imposant comme seul paramètre la compétitivité au niveau international.

Au travers des traités internationaux [comme le projet de TAFTA – NdT], les gouvernements sont en réalité privés de leur pouvoir qu’ils cèdent à des agences internationales et financières, lesquelles se substituent de plus en plus aux États nationaux dont les dirigeants étaient, du moins sur le papier, élus par le peuple.

En opérant ainsi, l’oligarchie financière de l’élite peut agir en tant que société pour oeuvrer au niveau mondial et administrer la planète à travers un réseau transnational capable d’imposer un nouvel ordre mondial marqué par la logique du capitalisme absolu et flexible, sans rencontrer la moindre résistance.

Comme l’aurait déclaré David Rockefeller en juin 1991 lors d’une réunion du Groupe Bilderberg à Baden Baden, une souveraineté supranationale exercée par une élite intellectuelle et par des banquiers mondiaux est décidément préférable à la traditionnelle autodétermination des nations.

Dans ces mots, au fond, on retrouve la substance essentielle du programme internationaliste de libéralisation sans frontière poursuivi par cette nouvelle Internationale libérale-financière, consistant en la destruction complémentaire de l’"esclave" (servo, en italien) en tant que sujet capable de s’organiser et de s’opposer, et de tous les obstacles réels ou symboliques à même de freiner l’expansion illimitée du nihilisme économique.

L’objectif ultime est l’instauration d’un gouvernement  unique mondial régnant sur un seul marché planétaire, où ne subsiste plus aucune culture ou identité plurielle, où l’humanité est dissoute en simples atomes de consommation privés de toute racine et de toute capacité à se projeter, réduite à une immense plèbe précarisée et asservie.

En gros, c’est le triomphe du classisme(*) planétaire et du fanatisme économique et transnational.

Diego Fusaro

Source : ilFattoQuotidiano.it, le 14/02/2016

Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr


Notes de la traduction :

  • (*) Classime : phénomène semblable au racisme. La discrimination ne se base alors pas sur les différences ethniques, mais sur l’appartenance à différentes classes sociales, due aux conditions socioéconomiques et au groupe social de l’individu.

Rappel : Le juge anti-mafia Imposimato accuse le Groupe Bilderberg de terrorisme

 

Lien Permanent pour cet article : http://ilfattoquotidiano.fr/groupe-bilderberg-ceux-qui-gouvernent-vraiment-le-monde/

8 Commentaires

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. JBL1960

    C’est de loin le meilleur exposé sur ce groupe qu’il m’ait été donné de lire. Savez-vous que le journaliste, Jean-François Kahn, lors d’une émission télé sur France 5 à prétendu qu’il ne savait même pas ce que c’était que ce groupe, qu’il prétendait même ne pas savoir prononcer. Je vous cherche l’extrait sur you tube et je reviens pour le coller, si vous voulez, ainsi vous aurez une idée du niveau du journalisme en France. A+ donc, JBL

  2. JBL1960

    Tenez, ça m’a pris 2 minutes chrono pour retrouver cet extrait, je vous le colle ici ; https://www.youtube.com/watch?v=VyHKFU7FJHM JBL

  3. JBL1960

    J’ai intégré votre article, dans ce billet de blog ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/20/bilderberg-cie/ J’ai intégré l’extrait de l’émission C dans l’air, dans laquelle JFK et Calvi, font mine ne pas savoir ce que c’est. Et j’ai également fait un rappel à l’histoire de la construction européenne à l’initiative de Walter Hallstein porteur de la doctrine Hallstein et dont le plan Hallstein, recalé par un certain Général de Gaule en 1965 fait référence on ne peut plus clairement à la création d’une Europe Fédérale qui se met en place en 2016 et à marche forcée.
    J’espère que ce rendu final vous conviendra. A+ JBL

  4. patrizio

    Bonsoir,
    étonnant quand-même que l’auteur de ce texte, Italien donc, ne cite jamais le livre de l’économiste Domenico Moro qui fait le point sur la question dans son livre, publié en mai 2015 dans la traduction française aux Editions Delga sous le titre : » Le groupe Bilderberg, l' »élite » du pouvoir mondial » avec une » Présentation au lecteur français » qui fait le point sur les Français au Biderberg depuis sa création…

    Très surprenant que ni l’auteur, ni le traducteur, ni le site Il fatto quotidiano.fr ne mentionne cet ouvrage…
    L’article de Diego Fusaro n’apporte rien qu’on ne sache déjà en lisant les articles généraux à ce sujet sur Internet, sans détail ni analyse originale de ce qu’est le Groupe Bilderberg.
    m-a patrizio
    (traductrice)

  5. IlFatto

    Bonjour Marie-Ange,
    En effet, je ne connaissais pas, merci pour votre commentaire. Cela dit, il y a des façons plus douces de faire de la publicité pour ce livre que vous avez traduit, n’est-ce pas.
    Et pour le contenu de cet article, en effet les initiés n’apprendront pas grand chose, mais la chose notable est de voir un tel texte paraitre dans le quotidien italien ilFattoQuotidiano.it. On est loin du déni généralisé qui sévissait encore voilà quelques années dans la presse au sujet de ce groupe Bilderberg.
    –Christophe

  6. patrizio

    Merci pour « il y a des façons plus douces » .
    J’ai du mal à croire que « Il fatto quotidiano » ne soit pas au courant de la publication de ce livre qui remonte maintenant à presque trois ans (première édition, il a été réédité depuis et mis à jour)…
    Surprenant. Surtout quand on dénonce le déni généralisé de la presse à ce sujet.
    Donc, vous allez compléter le sujet et accompagner cet article de la page des Edtions Delga présentant le livre de Domenico Moro, n’est-ce pas ? Livre que je recommande aux lecteurs de votre site qui veulent s’opposer à ce déni et approfondir vraiment le sujet ébauché par Diego Fusaro.
    Avec mes plus douces considérations,
    marie-ange patrizio

  7. IlFatto

    Avant de recommander ce livre, je vais le lire 🙂
    Il y aura d’autres occasions de parler de Bilderberg, j’imagine.
    Et ce blog n’a que peu de choses à voir avec le quotidien italien, si ce n’est que nous y piochons de temps en temps qques articles intéressants, notamment de Giulietto Chiesa, Massimo Fini, ou ici en l’occurrence, Diego Fusaro.

  8. JBL1960

    C’est vrai que cet article, n’apprend rien sur le fond, concernant le Bilderberg, aux initiés, mais, et c’est pour cela que je me suis permise de l’étayer par un extrait d’une émission française où Jean-François Kahn et Yves Calvi prétendent carrément qu’ils ignorent ce qu’est ce groupe… Et en commentaire de mon billet de blog j’ai même rajouté un extrait d’un journal télévisé de 1977 présenté par Yves Mourousi sur TF1 et qui parle… Du Groupe Bilderberg ! Il nous révèle combien il est difficile d’aborder ce sujet, aujourd’hui en 2016 ! Et Fusaro le fait plutôt bien, non ?Puis-je me permettre de vous poster mon dernier billet de blog qui ne traite pas de Bilderberg & Cie cette fois, mais de la bêtise des ministres du gouvernement français, pour ne pas dire de la Khomri… Tenez, c’est là ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/22/les-chomeurs-oisifs/ Merci à vous – JBL

  1. Bilderberg & Cie | jbl1960blog

    […] Groupe Bilderberg : Ceux qui gouvernent vraiment le monde […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>