«

»

fév 15

Imprimer ceci Article

« Le TAFTA ? Comme une odeur de totalitarisme », selon une députée allemande qui a lu le texte

Venant s’ajouter aux préoccupations sur le très controversé projet d’accord entre les Etats-Unis et l’Union européenne dénommé TAFTA, la permission a été accordée à quelques députés allemands d’accéder, sous certaines contraintes, au texte de l’accord. Malgré cette initiative plutôt positive, la députée Katja Kipping (ci-contre) nous fait part de son inquiétude quant au manque de transparence de ces négociations.

Même si certains ont accueilli favorablement le fait de pouvoir accéder à la salle de lecture du texte du TAFTA, et ont considéré cela comme une victoire de la transparence, Katja Kipping, du parti Die Linke, a énuméré les nombreuses limitations imposées aux parlementaires à partir du moment où ces derniers cherchent à comprendre les aspects les plus subtils de cet accord.

Selon les procédures annoncées par le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel,… les parlementaires doivent  s’enregistrer avant de pouvoir accéder à la salle et ne peuvent y rester que deux heures maximum pour lire les documents. Les téléphones cellulaires et tout autre dispositif électronique doivent être déposés au préalable dans un coffret sécurisé.

Les documents du TAFTA sont accessibles seulement sur un ordinateur non connecté à Internet. Les parlementaires peuvent prendre des notes, mais il leur est interdit de recopier des extraits du texte, et ils ne peuvent pas partager quelque détail de l’accord que ce soit, ni en public ni au Parlement.

"Cette procédure d’accès à la salle en dit long [sur ces négociations]. Après m’être enregistrée, on m’a fourni les instructions sur comment utiliser cette pièce," écrit Mme Kipping dans son compte-rendu de cette expérience. "La première chose qui saute aux yeux, c’est que les termes de ces limitations d’accès ont fait l’objet de négociations entre la Commission européenne et les Etats-Unis. Avez-vous remarqué que le TAFTA n’est pas encore ratifié formellement, et que déjà les pays concernés par ce traité ont perdu le droit de décider qui a le droit de lire ce texte et sous quelles conditions ?"

Les parlementaires ne peuvent pas demander l’aide d’experts

Mme Kipping a également pris ses distances avec l’une des expressions utilisées dans ces procédures, qui veut que l’autorisation d’accès à cette salle soit le "témoin d’une confiance exceptionnelle" accordée aux parlementaires.

"J’ai toujours pensé que les députés élus avaient le droit à l’information. Pourtant, les personnes en charge des négociations du TAFTA (d’ailleurs, qui leur a donné la légitimité pour ces négociations ?) se comportent comme s’ils accordaient l’accès à ces textes comme une énorme faveur. Qui que soient ceux qui ont écrit cela, pensent-ils vraiment que les parlementaires doivent s’en sentir flattés ? Pour moi, cela a de forts relents de totalitarisme. "Autoriser l’accès" et "accorder sa confiance" ne font pas partie des termes que l’on utilise si l’on croit vraiment dans la démocratie."

"Pour rendre le traité encore plus compliqué à déchiffrer, explique Mme Kipping, les parlementaires n’ont pas le droit d’amener avec eux un expert capable d’interpréter le langage hyper technique utilisé dans le texte, qui est de surcroit fourni uniquement en anglais."

"Nous ne pouvons pas nous faire accompagner d’un spécialiste, sous aucune condition, dans la salle de lecture. Ainsi, tout comme le citoyen ordinaire, les experts eux non plus n’ont aucun moyen d’accéder à ces textes secrets. Pour moi, et quoiqu’en disent certains, cela n’est pas synonyme de transparence," a-t-elle poursuivi.

Lire les documents ne m’a pas fait changer d’avis

Les défenseurs de l’accord TAFTA disent que les pays membres bénéficieront en retour d’une formidable stimulation économique, d’un plus grand marché, et que les petites et moyennes entreprises tireront un grand bénéfice de ce traité, qui vise à abattre les barrières commerciales entre les deux continents.

Même s’il lui est interdit de parler de ce qu’elle a lu, Mme Kipping dit pouvoir partager ce qu’elle n’a PAS vu dans le texte, et affirme que "rien dans ces accords ne soutient de près ou de loin les affirmations de ses partisans."

Elle écrit : "Les deux heures que j’ai passées dans la salle de lecture étaient évidemment loin d’être suffisantes pour lire l’intégralité des documents. Mais cela m’a suffi pour me rendre compte que rien de ce que j’y ai lu ne peut me faire revenir sur l’avis négatif que j’ai depuis le début sur ce TAFTA."

"Il est déjà très significatif de voir que le Ministère des Affaires économiques adopte toutes ces mesures pour empêcher que le texte de l’accord ne soit divulgué. En fait, ils ont toutes les raisons de faire comme cela. Car quiconque voudrait entrer dans ces négociations avec l’objectif de protéger l’environnement, le consommateur et les conditions de travail, n’aurait aucune raison d’avoir peur de la transparence. A l’inverse, ceux qui  sont déjà à l’oeuvre pour brader la démocratie n’ont évidemment pas envie de finir sur la sellette de l’opinion publique. Si Sigmar Gabriel (ci-contre) et les négociateurs sont réellement convaincus des bénéfices du TAFTA, pourquoi ne rendent-ils pas le texte public sur Internet ?" a-t-elle conclu.

Source : VociDalEstero, le 8 février 2016

Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr

Lien Permanent pour cet article : http://ilfattoquotidiano.fr/le-tafta-comme-une-odeur-de-totalitarisme-selon-une-deputee-allemande-qui-a-lu-le-texte/

6 Commentaires

6 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. JBL1960

    Leur but étant un nouvel ordre mondial le TAFTA est le fer de lance de la mondialisation au profit du 0.01% J’ai rédigé ce billet le 27/12/2015 https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/27/ne-nous-habillons-pas-de-tafta/ dans lequel je rappelle que notre Maréchal s’était inscrit dans les pas de son prédécesseur, Sarko, pour imposer le TAFTA le plus vite possible.

    Aujourd’hui plus que jamais, nous devons nous mutualiser pacifiquement pour repousser le Monstre qui est sur le seuil de notre porte, à tous !

    Je vous poste mon dernier billet de blog, https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/15/le-monstre-est-tentaculaire/ A vous lire ; JBL

  2. JBL1960

    Ayant encore affiné ma réflexion pour un changement de paradigme dans un monde décolonisé. Je me permets de vous coller mon dernier billet de blog, ici ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/15/cest-a-nous-maintenant/ N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire 😉 JBL

  3. JBL1960

    L’actu m’a remis en mémoire l’expérience de Milgram. J’en avais fait un billet de blog le 19/12 dernier aussi, je vous le colle, ici ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/19/soumission-a-lautorite/ Merci de me faire part de vos impressions… JBL

  4. Une femme ordinaire

    Bonjour à tous,
    Je suis une femme ordinaire qui observe les réactions de personnes (extraordinaires) face à des agissements incroyables (?) de la part de l’Empire.
    Ils ont nourri et flatté la bête laquelle aujourd’hui est prête à les mordre.
    Sachez que ce type d’agissement existe déjà dans la vie des gens ordinaires, les premières victimes de la broyeuse des droits élémentaires.
    En effet, en juridiction civile, dans les procédures devant le Juge des Enfants, dont les audiences sont à huis clos, les rapports « ideologiques » réalisés par des associations grassement payées par vos impôts ne sont consultables que sur rendez-vous, sous surveillance dans le bureau du greffier (pas de copie, pas de photos).
    Faut-il que des « élites » soient à leur tour bafouées, pour que l’incrédulité suicidaire des « politiques » se dissipe?

    1. Jacky

      Exact. De quoi ont-ils donc si peur ? Qu’on puisse lire à tête reposée, relire, comprendre et se défendre ?

      On n’a le droit qu’à une consultation d’une heure, pour découvrir quelque 20 pages, truffées de manipulations des faits et des propos, dont on comprend bien que le but principal de ces associations est de prouver à leurs commanditaires qu’ils sont très utiles, ont vraiment bien travaillé car ils sont très très inquiets et qu’il convient de renouveler la mesure. Opacité complète : ce qu’ils vous disent, vous montrent d’eux, n’a rien à voir avec ce qui est écrit dans le rapport… Et impossible de rétablir la réalité des faits et des propos.

      Le pire c’est que la femme ordinaire ne fait pas le poids face aux institutions. Et que le juge accordera toujours sa confiance aux associations.

  5. Charlie BECKMAN

    La fausse démocratie de l’UE va jeter le masque de son humanisme frelaté pour revêtir l’uniforme d’un officier famélique du IV Reich.

  1. « Le TAFTA ? Comme une odeur de totalitarisme », selon une députée allemande qui a lu le texte | Gaz de Schiste Provence

    […] Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr […]

  2. Groupe Bilderberg : Ceux qui gouvernent vraiment le monde | Le Blog de la Résistance

    […] travers des traités internationaux [comme le projet de TAFTA – NdT], les gouvernements sont en réalité privés de leur pouvoir qu’ils cèdent à des […]

  3. Bilderberg & Cie | jbl1960blog

    […] travers des traités internationaux [comme le projet de TAFTA – NdT], les gouvernements sont en réalité privés de leur pouvoir qu’ils cèdent à des […]

  4. Groupe Bilderberg : Ceux qui gouvernent vraiment le monde – Le Journal de Mustapha Menier

    […] travers des traités internationaux [comme le projet de TAFTA – NdT], les gouvernements sont en réalité privés de leur pouvoir qu’ils cèdent à des […]

  5. Le 1er producteur mondial de Coton, l’Inde, entre en guerre contre Monsanto | Le Blog de la Résistance

    […] ceux qui voudraient avoir un avant-goût de ce que pourrait devenir la situation en Europe avec le passage au TAFTA (grâce auquel les multinationales pourraient dénoncer devant un tribunal les gouvernements qui […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>