«

»

Fév 06

Imprimer ceci Article

Finian Cunningham : L’OTAN est déjà en guerre en Ukraine… mais elle est en train de perdre

Cette semaine, les médias occidentaux nous ont gratifiés d’un nouveau tour de passe-passe, évoquant l’idée que les USA et l’OTAN seraient indécis sur le fait d’envoyer ou pas « une assistance sous forme d’armes léthales » au régime de Kiev pour le défendre contre l’ « agression russe ».

C’est vraiment pathétique. La vraie explication est que l’OTAN est en train de perdre sa guerre en Ukraine et qu’elle est obligée d’envoyer davantage d’aide militaire pour stopper ses pertes grandissantes…

Tout d’abord, les médias occidentaux admettent sournoisement que l’OTAN emmenée par les USA a jusqu’ici fourni « uniquement des équipements militaires non léthaux » (pas d’armement – NdT). Cette astuce de rhétorique est utilisée pour faire croire que les équipements non léthaux n’appartiennent pas vraiment au domaine militaire. Mais qu’il soit léthal ou pas, un équipement militaire reste un équipement militaire. Cessons donc de jouer sur les mots. Les USA et son alter ego en charge des relations publiques, l’OTAN, sont déjà profondément engagés militairement en Ukraine, pour soutenir le régime de Kiev dont les 10 mois d’offensive dans l’Est du pays se sont soldés jusqu’ici par 5300 morts.

Deuxièmement, l’idée que Washington serait en train de réfléchir à la possibilité d’envoyer des armes léthales, comme le rapportait ce lundi le New York Times, est elle aussi parfaitement risible. Les USA et ses alliés de l’OTAN envoient d’ores et déjà des armes léthales en Ukraine. Le président Obama a déclaré cette semaine qu’ « injecter davantage d’armements en Ukraine » ne résoudrait pas le conflit. Tandis que la chancelière allemande Angela Merkel jurait dans le même temps que l’Allemagne n’enverrait aucune arme au régime de Kiev, ajoutant que le conflit ne pourrait pas être résolu par des moyens militaires. Obama et Merkel mentent aussi effrontément l’un que l’autre, ou alors ils vivent chez Alice au pays des merveilles. Peut-être les deux.

Arrêtons de couper les cheveux en quatre. L’OTAN est en guerre en Ukraine, depuis au moins un an, si ce n’est, de façon plus cachée, depuis deux décennies.

Wayne Madsen, dans son article paru sur SCF cette semaine, fournit des preuves détaillées qu’un énorme avion militaire, un Antonov ukrainien de type AN124, a été vu en train de transporter des armes depuis les USA et plusieurs pays de l’OTAN vers Kiev, et ce, durant au moins ces quatre derniers mois. L’avion-cargo – le plus grand au monde – a été repéré en train d’effectuer des missions de transport depuis les USA, la Norvège, l’Italie, et la Roumanie, lors de missions secrètes, pour alimenter le régime de Kiev en armes lourdes.

Avant cela, le gouvernement russe avait affirmé que des mercenaires US, appartenant sans doute à la société de sécurité Blackwater/Academi en contrat avec le Pentagone, avait été filmés en train d’opérer sur le territoire de l’Ukraine au sein des unités militaires de Kiev, qui incluent également la Garde nationale nazie de type SS.

Cette semaine, un haut représentant de la République populaire auto-déclarée de Lugansk, Alexei Karyakin, a annoncé que des munitions de l’OTAN avaient été trouvées sur plusieurs champs de bataille. « Certains fragments de munitions récupérés portent la marque de l’OTAN… maintenant l’OTAN tue nos concitoyens, » a affirmé Karyakin.

Il y a quelques jours, lorsque les milices d’autodéfense ont reconquis l’aéroport international de Donetsk qui était jusque-là détenu par les forces de Kiev – lesquelles utilisaient depuis plusieurs mois  cette position pour aller bombarder la ville de Donetsk -, des manuels de l’OTAN en plusieurs langues et d’autres équipements caractéristiques de l’OTAN ont été retrouvés sur place.

À la fin de l’année dernière, le Congrès US a voté le « Ukraine Freedom Support Act » (loi de soutien à la liberté de l’Ukraine »), qui autorise une aide de 350 millions de dollars en équipements léthaux ou non léthaux au régime de Kiev. L’administration Obama entretient l’illusion qu’elle n’aurait pas encore décidé pour les équipements « léthaux », mais elle n’est tout simplement pas crédible.

L’idée que Washington et ses alliés de l’OTAN, dont la Grande-Bretagne, les Pays baltes et la Pologne, aient commencé seulement maintenant à envisager la possibilité de fournir des armes léthales à Kiev est tout simplement risible.

En effet, d’après plusieurs rapports fiables, les troupes paramilitaires néonazies de Right Sector qui ont été utilisées pour déclencher les manifestations meurtrières en novembre 2013, lesquelles ont amené au coup d’État contre le gouvernement de Yanukovich en février 2014, avaient passé plusieurs mois à s’entrainer dans des camps militaires en Pologne, apprenant les techniques de subversion et de terrorisme. La Pologne, membre de l’OTAN, et la CIA américaine sont donc pleinement à l’origine de la fourniture de ces « chiens de guerre » qui ont précipité le changement de régime et le déclenchement de la guerre civile.

Il est possible aussi de remonter à la révolution colorée de 2004 largement cautionnée par la CIA, voire même à 1991, lorsque l’Union soviétique s’est effondrée et que les USA ont commencé à s’infiltrer en Ukraine, investissant 5 milliards de dollars pour créer des « groupes dans la société civile ». C’est un euphémisme qui désigne simplement l’USAID et la CIA, et les couvertures de George Soros pour financer des agents déstabilisateurs. Nous avons connaissance de ces 5 milliards de dollars de fonds, par la bouche même de la sirène néoconservatrice du Département d’État américain, Victoria Nuland, qui a évoqué cette somme au moment des manifestations de la Place Maidan fin 2013. Cette semaine, un des serviteurs de Nuland au Département d’État, Jan Psakia, a de nouveau déclaré aux journalistes que les USA travaillaient depuis longtemps avec l’opposition ukrainienne pour s’assurer que le pays était « sur la voie » de la « transition ».

La question intéressante est le timing de cette réflexion sur l’apport d’une aide léthale. Le New York Times mentionne plusieurs anciens ou actuels hauts responsables très influents qui prônent désormais l’envoi de tels équipements militaires. On trouve parmi eux le Secrétaire d’État John Kerry, le président de l’état-major interarmes, le général Martin Dempsey, le commandement de l’OTAN, le général Philipe Breedlove, et son prédécesseur l’Amiral James Stravidis. On y trouve aussi d’autres personnalités, membres du Brookings Institute et du Conseil atlantique. Ces cercles de réflexion (think tanks) recommandent à la Maison-Blanche d’envoyer une aide militaire à hauteur de 3 milliards de dollars au régime de Kiev dans les prochains trois ans – soit 10 fois la somme votée par le Congrès US contrôlé par les Républicains.

La radio d’actualité, paravent de la CIA, « Radio Free Europe » explique que le débat sur l’augmentation de l’aide militaire au régime de Kiev s’est intensifié parce que « le gouvernement ukrainien [le régime de Kiev] avait subi d’importants revers militaires ces dernières semaines, et qu’il devenait toujours plus évident que le cessez-le-feu n’avait pas fonctionné. »

Autrement dit, la junte soutenue par l’Occident est en train de perdre la guerre – bien qu’elle soit déjà soutenue militairement par l’OTAN, et malgré le pseudo cessez-le-feu utilisé pour rassembler ses forces.

Le New York Times a également ajouté un autre argument selon lequel Washington passait à une étape ultérieure dans son agenda militaire, puisqu’en l’occurrence, les sanctions économiques des USA et de l’Union européenne imposées à la Russie « n’ont pas dissuadé » le gouvernement de Vladimir Poutine. Ou bien, comme le dirait le porte-parole du Département d’État US Jan Psaky, la Russie « n’a pas modifié son attitude », c’est-à-dire qu’elle n’a pas satisfait les demandes occidentales d’adopter une position plus servile et d’accepter les ambitions hégémoniques globales de Washington.

Washington et ses vassaux européens sont donc en train de réaliser que leur abominable complot pour déclencher un changement de régime en Ukraine risque de  filer droit dans le mur. Washington essaie donc de sauver ce qui peut l’être de sa désastreuse manoeuvre pour contrôler l’Ukraine, et par extension la Russie, en augmentant son implication militaire.

Mais la Maison-Blanche ne peut pas ouvertement augmenter son engagement militaire pour d’évidentes raisons politiques, à la fois internes et au niveau international. Washington doit rester prudent et éviter de faire savoir qu’elle est déjà impliquée militairement en Ukraine, tout comme d’autres membres du gang de l’OTAN.

Par conséquent, Washington essaie de dépeindre une situation où elle défend le gouvernement de Kiev désireux de se rapprocher de l’Union européenne et amoureux de la démocratie, contre de surpuissants insurgés soutenus par la Russie. Cela permet aux responsables américains et aux médias occidentaux qui leur font office de porte-parole d’insister sur leur indécision feinte quant à la fourniture d’une « aide militaire léthale ».

Les circonvolutions de langage et de raisonnement reflètent les mensonges systématiques employés par Washington et l’OTAN ces derniers mois dans le conflit ukrainien.

La vérité est que l’OTAN, sous la direction des USA, est mouillée jusqu’au cou dans le conflit en Ukraine qu’elle a elle-même déclenché, et qu’elle est en train de le perdre.

C’est la raison pour laquelle Washington, en désespoir de cause, emploie toutes sortes d’artifices rhétoriques pour tromper les peuples occidentaux et les amener à accepter une escalade militaire majeure dans cette guerre, au prétexte de fournir des « armes léthales défensives. »

Finian Cunningham

Source : Strategic-Culture, le 05 fév. 2015

Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr

Lien Permanent pour cet article : http://ilfattoquotidiano.fr/finian-cunningham-lotan-est-deja-en-guerre-en-ukraine-mais-elle-est-en-train-de-perdre/

3 Commentaires

1 ping

  1. Catherine Thirion

    Merci Christophe pour toutes ces traductions et pour ce site de ré-infomation.

  2. JACQUES MILHAS

    L’OTAN connaitra sa Berezina comme Napoléon, son Stalingrad comme Hitler, l’avenir de l’Europe est celui que Charles de Gaulle avait désigné de l’Atlantique à l’Oural, c’est à dire sans les anglo-saxons mais avec les Russes…

  3. JACQUES MILHAS

    L’OTAN connaitra sa Berezina comme Napoléon, son Stalingrad comme Hitler… L’avenir de l’Europe ne peut être que celui désigné par Charles de Gaulle, c’est à dire « De l’Atlantique à l’Oural » soit avec les Russes mais sans les Anglosaxons… EUROPE est la fille d’Agenor, déesse Grecque et non pas une Ase germanique…

  1. La propagande, encore et toujours : « Poutine, ce tyran du milieu du XXème siècle  | «Olivier Demeulenaere – Regards sur l'économie

    […] Finian Cunningham : L’OTAN est déjà en guerre en Ukraine… mais elle est en train de pe… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>