«

»

Mai 21

Imprimer ceci Article

11-Septembre : Quand Oussama Ben Laden lisait David Ray Griffin

L’image même d’un Oussama Ben Laden lisant dans sa retraite d’Abbotabad les livres de l’universitaire américain David Ray Griffin sur le 11-Septembre vaut son pesant de cacahuètes. C’est en tout cas celle suggérée par cette dépêche parue hier « Quand Ben Laden pensait à mettre à genoux l’économie française » (lire plus bas) dans les plus grands médias hexagonaux. Si ce n’est pas là un contre-feu des récents articles du célèbre journaliste d’enquête américain Seymour Hersh qui affirme que rien n’a été retrouvé à Abbotabad, et que Ben Laden  était prisonnier des services secrets pakistanais (ISI) depuis 2006, ça y ressemble fort.

On reconnait ici la même technique que celle utilisée pour les faits du 11-Septembre eux-mêmes : ajoutez une couche de mensonges sur une autre couche de mensonges, et enfouissez la vérité au plus profond. Si l’on s’attaque à la première, on tombera sur la suivante. L’hypothèse la plus probable reste qu’Oussama Ben Laden est mort fin 2001, malade des reins. (Voir cette vidéo, ou celle-ci)

La seule chose pittoresque dans cette stratégie de défense des grands médias est néanmoins l’ironie de l’image d’un Ben Laden parcourant « Le Nouveau Pearl Harbour » ou l’un des nombreux livres de Griffin sur le 11-Septembre.

* * *

http://www.liberation.fr/economie/2015/05/20/quand-ben-laden-pensait-a-mettre-a-genoux-l-economie-francaise_1313274

 

Depuis sa maison d’Abbottabad, Ben Laden avait amassé de la documentation sur la France, parce qu’il caressait l’idée d’une attaque pour mettre à genoux son économie, affirment les services de renseignement américains.

La liste de livres et rapports, un peu hétéroclite, montre que Ben Laden a probablement été intéressé par l’idée "d’une attaque sur l’économie française, dans l’espoir de provoquer un effondrement économique" contagieux pour le reste du monde occidental, selon Jeffrey Anchukaitis, porte-parole de la direction du renseignement américain (DNI).

Cette liste, ainsi qu’une centaine d’autres documents ont été déclassifiés et publiés mercredi.

Ben Laden s’était ainsi procuré plusieurs rapports d’évaluations de l’économie française, comme cette synthèse de la banque néerlandaise Rabobank publiée en janvier 2011. Il s’était aussi procuré un ouvrage intitulé "la France économique et sociale au XVIIIème siècle" (Henri Sée, 1925) et une étude américaine intitulée "la France a-t-elle causé la grande dépression" de 1929.

Le dossier "France" de Ben Laden, fort au total d’une vingtaine de documents, comprenait aussi une étude sur les déchets nucléaires, une liste des compagnies de transport maritimes hexagonales, une étude américaine sur les achats d’armements par le ministère français de la Défense…

"C’est surprenant qu’il ait demandé autant de livres sur la France", a-t-il ajouté.

Mais les documents sur la France ne forment qu’une petite partie de la "bibliothèque de Ben Laden" rendue publique par les services américains.

Le chef d’Al Qaïda avait amassé une grande quantité de documentation sur la guerre, le terrorisme, la politique internationale, voire les théories conspirationnistes.

Il était grand consommateur des multiples rapports gouvernementaux, parlementaires, administratifs, militaires, judiciaires que la démocratie américaine met en ligne.

Ainsi avait-il téléchargé le rapport final de la commission d’enquête américaine sur le 11-Septembre, les actes d’accusation contre des suspects de terrorisme, un rapport du Sénat sur l’activité sur internet des groupes extrémistes ou encore la loi post 11-Septembre établissant le ministère américain de la sécurité intérieure.

Ben Laden avait aussi en sa possession "Les guerres d’Obama", le livre du journaliste américain Bob Woodward racontant comment le pacifiste sénateur de l’Illinois avait dû se transformer en chef de guerre à son arrivée à la Maison Blanche.

Et, dans un autre genre, le livre du conspirationniste David Ray Griffin "Le nouveau Pearl Harbour", qui cherche à instiller le doute sur le déroulé des évènements des attentats du 11 septembre.

Les services de renseignement ont publié mercredi la "bibliothèque de Ben Laden" au côté d’une centaine de nouveaux documents privés (lettres, mémos, ect) de Ben Laden, ses partisans ou sa famille, et retrouvés dans la maison d’Abbottabad.

Lien Permanent pour cet article : http://ilfattoquotidiano.fr/11-septembre-quand-oussama-ben-laden-lisait-david-ray-griffin/

4 Commentaires

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. Rudolph

    la france n’a jamais eu besoin d’un ben laden pour faire s’effondrer son économie, la pléiade de margoulins qui se sont succédé aux « affaires » de ce pays l’on parfaitement réussi…

  2. Titus

    Bonjour je pense que l’auteur de l’article ne mesure pas toute la portée de cette nouvelle opération des services.

    Si Ben Laden était un conspirationiste et lisait des auteurs critiques du système ALORS cela montre que les dissidents de tous pays SONT Ben Laden.

    Cherchez pas c’est de la logique américaine

    À recouper avec cet article : http://fawkes-news.blogspot.co.uk/2015/05/dapres-une-officine-de-propagande.html

  3. IlFatto

    @Titus, détrompez-vous, l’auteur de cet article mesure parfaitement la portée de cette contre-attaque médiatique, et nous avons aussi publié – avant-hier – cet article sur les propos de David Cameron
    http://ilfattoquotidiano.fr/david-cameron-veut-une-loi-criminalisant-les-opinions-non-politically-correctes/
    qui veut criminaliser – entre autres – toute contestation du 11-Septembre

    Cdlt

    –iFQ

  4. Jos

    Ces chiens de garde me donnent envie de vomir…
    Il faut dire que pour gober des conneries pareilles sans se révolter, il faut vraiment que les populations soient sous influence – au sens le plus hypnotique qu’on peut imaginer.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>